Sorin Mărculescu

  

L’hymne 31

 

la mer est lourde

les arbres malades des naissances

Seigneur le suave chaos

            nous est encore donné

 

la terre est transparente

vers le Nord pend le ciel

croît en nous l’amčre

            famine d’âme

 

des cloches montent dans les dômes

sous un crépuscule adamique

l’horizon se couche en nous

            gronde la douleur

 

oiseaux bienheureux le son

flétri qu’ils le portent

vers les peupliers de chair

            crucifiés en douceur

 

nous remontons la pluie en volées

pour te connaître l’arche

absorbée par le plafond de ténčbres

            remémorantes

 

tombent des holothuries sur la lune

dorment les pierres souriantes

oů je te cherche grince

            la bascule de la mort

 

la vallée est surveillée

l’esprit arrondi des eaux

des troupeaux de montagnes s’y noient

            ivres de commencements

 

la mer est lourde de nuit

les arbres brûlent dans le sang

Seigneur le suave chaos

            tu te l’es encore donné

  

                                    *

                        *                      *

 

                        au-delà de tout

                        de toute chose en deçà

                        au-delà de la mort   en deçà

 

                        les hypographes

                        aux pattes de miel

                        ont explosé

                        sous le crépuscule

                       

  

L’hymne 40

 

rai de sommeil entre les ruisseaux et les peupliers

aiguilles d’anguilles parmi les heures déterminées

savoir oublié en chemin ajournement profond

de la mort qui va et vient ŕ travers le paysage

de fumée les eaux douces et salées dans le lointain

astral bonne leçon du balancier noir.

oubli remémoration oubliée. perdure sans doute

seule la fragrance de l’eau reclose

et de la brise fendue au passage

les lčvres soudées dans la lymphe du sommeil

le fleuve des pays transfigurés

avec ses rives en arričre se repliant

de glissement en glissement

scindées et mirées dans les bris

gardien des accouplements des traces

nommé et exilé par la parole

et par le regard prématurément retourné

vers les convalescences du chemin de la chair

persévérences et années du mančge liturgique

le frisson du retour ŕ la noce

jaillissement et vive palpitation de l’égorgement

la braise du chemin qui porte vers la chemise

tendre et vorace de la déesse

  

                                    *

                        *                      *

 

                        ta solitude tu la passes

                        d’orme en orme ŕ celle de la foręt

                        dynasties d’aveugles patients

                        l’épiderme des feuilles s’amincit

                        jusqu’à la claire vue

                        il suffit d’une poignée de terre

                        et d’une flamme peut-ętre

                        surgie de la tempęte de neige

                        de tes cheveux

    

                        *

                *          *

  

            le tourbillon

            du trou noir

            à l’affût

 

            dérive

 

            l’essaim des éons

            simple amalgame

            pour nos miroirs ?

 

            être à l’affût   mais   pour apprendre

            des entonnoirs renversés dans le vide

            les noms de nos fronts

            que dans le rite contraire

            d’autres comme toi les enferment

 

Traduit en français par
Ed Pastenague

 

Sorin Mărculescu

Poeme

» anul XX, 2009, nr. 12 (235)